Analyse, Musique, Recherche

Stand by Her

Ghost

Stand by Her
A study of the representation of women in the work of Ghost

TW: violence, rape, assault.

              For those out there who wonder, what is Ghost? Ghost is a Swedish metal band formed in 2008 in Linköping. The five musicians wear identical, face-concealing costumes, they are called the Nameless Ghouls. The vocalist also wears a specific outfit, he’s dressed as a demonic pope with skull face paint. He’s called Papa Emeritus. Each album brings a new incarnation of Papa, slightly different and younger than the previous one. The concept of the band is (or was, until now) strongly based on the anonymity of its members. Ghost can be described as a theatrical rock band not only because of their costumes, but mainly because of their exceptional on-stage performances. Their gigs are called rituals, they are meant to evoke a feeling of divine presence. They are designed to be the simulation of a mess, or rather a black mass. Indeed, the band’s imagery is satanic, the members presents themselves as worshippers of Satan. Lire la suite « Stand by Her »

Publicités
Analyse, Cinéma

Souffrance, un mot fĂ©minin ?

587905f8931a9-image

Le traitement et l’utilisation de la souffrance fĂ©minine
dans Split, de M. Night Shyamalan.

              Split, le nouveau film de M. Night Shyamalan, est classĂ© comme un film d’horreur. L’intrigue dĂ©bute pendant une fĂȘte d’anniversaire qui tourne rapidement au cauchemar. Trois adolescentes, Casey, Claire et Marcia sont enlevĂ©es par un inconnu sur le chemin du retour. Leur agresseur, Kevin Wendell, les enferme dans une cave sordide. Kevin n’est pas un individu ordinaire, il souffre d’un trouble multiple de la personnalitĂ©. Vingt-trois identitĂ©s bien diffĂ©rentes cohabitent dans le mĂȘme corps, faisant surface Ă  tour de rĂŽle. Chacune des identitĂ©s Ă  conscience des autres, qu’elle connaĂźt et cĂŽtoie. Il est impossible pour les jeunes filles de prĂ©dire Ă  qui elles auront affaire : un homme ou une femme ? un enfant ou un adulte ? un identitĂ© inoffensive ou monstrueuse ? Elles rencontrent tour Ă  tour Barry, un excentrique designer de mode, Dennis, autoritaire et psychorigide, Miss Patricia, charmante mais imprĂ©visible, Dennis, un petit garçon dĂ©lurĂ©. Il faut Ă  tout prix que les jeunes filles trouvent un moyen de s’échapper avant que n’émerge une terrifiante vingt-quatriĂšme identitĂ©, pour qui elles sont rĂ©servĂ©es
 Lire la suite « Souffrance, un mot fĂ©minin ? »

Cinéma, Critique

Moi, moche et mĂ©chant

maxresdefault

            Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas attendu un film avec autant de ferveur et d’impatience que Suicide Squad, un projet Ă  la fois risquĂ© et bourrĂ© de promesses allĂ©chantes. DĂšs la simple annonce du projet, j’étais folle de joie Ă  l’idĂ©e de retrouver le Joker sous les traits d’un acteur, Jared Leto, qui m’avait tant bouleversĂ© dans Dallas Buyers Club, mais surtout d’avoir enfin droit Ă  une interprĂ©tation en chair et en os d’un personnage que je chĂ©ris depuis mon enfance, Harley Quinn. La rĂ©vĂ©lation au compte-gouttes du casting, notamment la prĂ©sence de Margot Robbie, Viola Davis et Will Smith, a confortĂ© mon enthousiasme, qui grandissait au rythme du projet. Suicide Squad, parce qu’il s’agit de mettre en scĂšne non pas des hĂ©ros, mais des bad guys tous plus abjects les uns que les autres, offrait la possibilitĂ© de donner un nouveau visage au comic book movie, complĂštement barrĂ© et dĂ©tonnant, Ă  l’image du tout premier clichĂ© du Joker qui nous a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©. Ce projet nous donnait l’espoir d’une vĂ©ritable rĂ©volution oĂč l’aspect crĂ©atif primerait enfin sur les intĂ©rĂȘts des studios. C’était ni plus ni moins le long-mĂ©trage le plus excitant et le plus prometteur de ces derniĂšres annĂ©es. Lire la suite « Moi, moche et mĂ©chant »

Cinéma, Critique

Tarzan, autopsie d’une catastrophe

_L3A3723.dng

            Le nouveau Tarzan s’inscrit dans un sillon dĂ©jĂ  bien creusĂ© et surtout surexploitĂ© par les studios, celui de la fructueuse nouvelle tradition des reboots de grandes sagas, de films ou de personnages mythiques du septiĂšme art. C’est Ă©galement la quarante-sixiĂšme adaptation, tous supports confondus, de l’Ɠuvre de Edgar Rice Bourroughs, qui crĂ©a le personnage de Tarzan en 1918. Autant dire que le film de David Yates se voyait d’emblĂ©e confrontĂ© Ă  un dĂ©fi de taille, celui de proposer une nouvelle adaptation, ou carrĂ©ment une relecture du mythe, qui soit digne d’intĂ©rĂȘt tout en piquant la curiositĂ© des spectateurs, dĂ©jĂ  plus ou moins familiers avec le personnage. Lire la suite « Tarzan, autopsie d’une catastrophe »

Cinéma, Critique

De rouille et d’amour

Sans titre 2

            Mommy est une Ɠuvre puissante, c’est un vĂ©ritable coup de poing que nous assĂšne Xavier Dolan, d’une poigne de fer, mais pourtant si douce. Le film impressionne par sa grande maĂźtrise et sa maturitĂ©. C’est une Ɠuvre fascinante qui fait mal, mais qui revigore par ses sentiments et son humour. Le film raconte l’histoire de Diane, surnommĂ©e Die, veuve monoparentale qui hĂ©rite de la garde de son fils, un adolescent profondĂ©ment turbulent et trĂšs violent. Ensemble, ils tentent de joindre les deux bouts, de se reconstruire, tout simplement de s’en sortir. Ils y arriveront, partiellement, avec l’aide de Kyla, la mystĂ©rieuse et fragile voisine d’en face. Lire la suite « De rouille et d’amour »